Retour vidéo à chaud, de deux experts Mark Tamis (consultant et bloggeur) et Betrand Duperrin (Nextmodernity), sur le social CRM :

L’armée américaine va disposer d’un logiciel destiné à « manipuler les réseaux sociaux », révèle le Guardian, jeudi 17 mars. Une entreprise californienne a remporté un marché public pour développer un programme destiné à créer de faux profils sur les réseaux sociaux, comme Facebook et Twitter, afin « d’influencer les conversations sur Internet, et de répandre la propagande pro-américaine », selon le journal.

Selon les termes du contrat, estimé à 2,7 millions de dollars (1,9 million d’euros), les opérateurs de l’armée américaine pourront contrôler jusqu’à dix « marionnettes »sur les réseaux sociaux. Le contrat stipule aussi que les faux profils devront disposer de détails « convaincants » sur leur histoire personnelle. L’armée américaine a enfin requis que 50 personnes pourront opérer avec ce logiciel, « sans la crainte d’être découvertes par des adversaires sophistiqués ».

PAS DE FAUX PROFILS EN ANGLAIS

Bill Speaks, porte parole de l’United States Central Command, explique que cette technologie a pour but de « contrer les extrémistes, ainsi que la propagande ennemie en dehors des Etats-Unis ». Aucune utilisation de cet outil ne sera faite en anglais, assure le porte-parole de l’armée. La conception de ce logiciel s’inscrit par ailleurs dans un programme américain plus vaste, initialement développé en Irak, et destiné à contenir la présence en ligne des partisans d’Al-Qaida, et des ennemis de la coalition.

Mais selon le Guardian, l’idée américaine de « développer de faux profils sur les réseaux sociaux pourrait inciter d’autres gouvernements, des entreprises, ou des organisations non gouvernementales à faire de même ».

Source

le web bouleverse les règles établies dans la gestion de la relation relation. Les réseaux sociaux cassent les barrières et donne la parole aux clients. Voici une vidéo permettant d’expliciter rapidement les extensions 2.0 d’un CRM traditionnel.

On ne peut pas parler de Buzz sans parler une fois de la campagne de Barack Obama :

– 1 milliard d’emails envoyés via 13 millions d’adresses Emails collectées.
– 500 millions de dollars récoltés en ligne via 3 millions de donateurs
– 3,2 millions d’amis

A l’instar d’un réseau « peer to peer », le maximum à été fait pour développer les initiatives locales des militants tout en gardant un control et un soutien logistique.

La « bataille » à été menée sur tous les fonts : Site web, téléphone, rencontres sur le terrain, médias classiques et surtout tous les réseaux sociaux.

Site web

Le site web était la base d’information pour les candidats et surtout les militants sur le terrain. Ainsi ces derniers pouvaient trouver tous les éléments de campagne et surtout des outils pour gérer leur campagne :

Chaque militant avait un tableau de bord pour gérer sa propre campagne locale : Gestion d’évènements, de budget, campagne téléphonique avec scripts d’appels. Chaque militant devenait un commercial ayant à disposition tous les éléments d’un social CRM.

Etant mise en avant par les actions de sa campagne locale, le militant y trouvait un apport personnel « reconnaissance, visibilité ».

Toutes les informations locales étaient regroupées et publiée sur le site permettant ainsi de montrer l’effervescence autour du candidat. Via google map, il était possible de trouver les évènements les plus proche de chez soit parmi les  200 000 qui ont été effectués.

Youtube

La campagne a été fortement suivie sur Youtube avec plus de 120 millions de vues via 1800 vidéos postées par le candidat soit 6 fois plus de vidéos postée que Mc Cain.

Facebook

La plateforme Facebook a été un endroit de prédilection pour le candidat. 5 millions de membres de groupe, 572 000 publications à travers les murs. Le site offrait des vidéos et des informations utiles sur les évènements, lieu de votes etc …

Aujourd’hui le candidat pour les élections de 2012 compte 19 millions de fans sur sa page et chaque semaine il y fait des discours sur les sujets du moment et publie des vidéos de ses différents déplacements.

Twitter

Barack Obama a été le candidat ayant le plus de followers. 109 000. Ses équipes ont annoncé sur son compte tous les évènements majeurs. Ses followers ont même été les premiers à savoir qu’il était élu président.

photo Barack Obama annonce son élection sur Twitter

Il y a quelques jours, il a annoncé sa candidature pour les élections 2012 via Facebook et twitter.

Application mobile

Un application Iphone a été créée afin que les militants gardent le contact en permanence sur le terrain :

Nul doute que l’élection de Barack Obama a été grandement facilité par l’impact qu’il a eu sur les réseaux sociaux. Sa présence sur ces derniers a été et reste encore aujourd’hui complete. La machine de guerre Obama a été menée parfaitement entre actions locales et gestion centralisée sur tous les supports. L’accent a été mis sur la valorisation des militants et leur « pouvoir de changer les choses ». Le président a annoncé sa candidature à sa propre réélection pour 2012. Sa campagne sur les réseaux sociaux est en route mais, s’il a su surprendre ses rivaux il y a 3 ans, il devra s’attendre à plus d’engagement de leurs part sur ces médias pour 2012.

La compagnie aérienne du groupe Air France a accepté qu’un DJ et un producteur organisent une soirée dans le vol inaugural Amsterdam-Miami, à condition qu’ils recrutent des passagers sur Twitter.

Avec cette campagne, KLM prouve la puissance du réseau social Twitter. La compagnie aérienne du groupe Air France avait en effet annoncé en octobre 2010 sur le réseau social  qu’elle inaugurerait le vol Amsterdam-Miami le 27 mars 2011. Le DJ Seid van Riel et le producteur Wilco Jung ont alors proposé de faire une animation musicale. Ils ont même demandé d’avancer le vol d’une semaine, afin de pouvoir assister à l’Ultra Music Festival, qui se déroulait du 25 au 27 mars. La compagnie aérienne néerlandaise a accepté, à condition qu’ils se débrouillent pour trouver des passagers sur le vol. Banco : les deux hommes ont twitté l’info et ont réussi à rassembler des fans de musique, des blogueurs et des journalistes, via le hashtag #fly2Miami. Résultat : le vol a non seulement eu lieu, mais il a même été inscrit au Guinness des records en tant que « plus haute soirée dance » du monde. KLM en « gazouille » encore.

Source

En 2008, Barack Obama a su tirer parti des réseaux sociaux pour sa campagne politique. Souvenez-vous :  » Ce 21 avril (2008) à 13 heures, M. Barack Obama lance ainsi une initiative hors du commun à l’adresse des internautes : il s’agit de recueillir 1 million de dollars en 1 minute. Impossible ? En janvier dernier, l’homme a réussi l’exploit de réunir 32 millions de dollars versés à 90 % par des dons de 100 dollars via Internet. En mars, il collecte encore 40 millions de dollars. » source

Le lien de cause à effet n’est pas aussi simple mais on connait la suite… Le 4 novembre 2008 Barack Obama est élu président des Etats-unis d’Amérique.

Avec l’arrivée des présidentielles 2012, nos candidats français surfent également sur la vague des réseaux sociaux comme le souligne le Twittoscope politique de TNS Sofres, TF1 News, Metro et Semiocast : premier baromètre de l’opinion politique dans la perspective de la présidentielle 2012, sur le réseau social Twitter.

Dans le Twittoscope de mars, Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen font le buzz. Hollande, Duflot et Bayrou font leur entrée, volant la vedette à Hortefeux, Hulot et Lagarde qui quittent le Twittoscope.
La livraison de mars du Twittoscope montre une progression constante de la twittosphère politique, avec 580.000 tweets, soit une augmentation de 20% en un mois.

Nicolas Sarkozy fait toujours la course en tête des personnalités les plus twittées avec 82.500 tweets. Mais sa progression (+2%) est plus faible que les mois précédents.
Derrière lui, Marine Le Pen gagne trois places (44.800 tweets) et dépasse Michèle Alliot-Marie, confirmant ainsi sa dynamique de popularité. Mais la proportion de tweets de rejet concernant Marine Le Pen a été multipliée par deux.

Les plus fortes progressions, outre Marine Le Pen : Ségolène Royal (discrète sur la scène médiatique, elle bénéficie de soutiens et relais de plus en plus présents sur Twitter), Jean-François Copé, Claude Guéant, Martine Aubry, Alain Juppé (après son discours remarqué au Conseil de sécurité de l’ONU) et Jacques Chirac (nombreux tweets sur le report de son procès).

Font leur entrée dans le Twittoscope : François Hollande, François Bayrou et Cécile Duflot. Sur BFM TV, la chef de file écologiste avait placé le Japon dans l’hémisphère sud. Son lapsus a été abondamment commenté sur twitter, y compris par l’intéressée elle-même.
En queue de peloton : la pourtant très geek Nathalie Kosciusko-Morizet.

Sortent du classement en mars : Brice Hortefeux, Benjamin Lancar, Nicolas Hulot (classement établi avant son entrée dans la bataille des primaires d’EE-LV) et Christine Lagarde.

Notre avis :

En 2008, les réseaux sociaux menés la danse au bal des politiciens aux Etats-Unis. En 2011, certes avec un « peu » de retard, on ne s’étonne plus de voir les campagnes présidentielles se décliner sur les « social Networks ». Les réseaux sociaux apportent aujourd’hui un avantage qui peut être décisif face aux grandes machineries médiatiques. Et de nombreux candidats intègrent le web dans leur stratégie de conquête. On voit là une volontés des politiques de se rapprocher de leur public mais sur des sujets aussi sensibles un « bad buzz » peut arriver aussi vite qu’un « good buzz ».

Le Crédit agricole Mutuel Pyrénées Gascogne a lancé, début avril,  TOOKAM.com, le premier site bancaire « 100 % réseaux sociaux intégrés ».

Il s’agit d’une agence bancaire exclusivement en ligne basée sur l’intégration des médias sociaux et de services « solidaires ».  TOOKAM.com place notamment FaceBook, au cœur de la relation entre le client et son conseiller. Il existe également une option de tchat et des fonctionnalités 3D pour organiser des rendez-vous et des présentations.

Coté solidarité, le « Tooket » (monnaie virtuelle à vocation solidaire) sert à alimenter un compte spécial pour faire des donations à un ensemble d’associations sélectionnées par la banque.

Notre avis : Ouverture intéressante dans un milieu où le client n’est souvent pas considéré en tant que tel. La cible est résolument les jeunes et la communication est disponibles là où ils vont le plus : Facebook, twitter. Belle initiative d’ouverture.